AMENAGEMENT DU TERRITOIRE: le ministre Ibrahima Kourouma sur les avancées et perspectives de son département.

Dans le cadre de la série de comptes rendus des activités gouvernementales, le ministre de la Ville et de L’Aménagement du Territoire Ibrahima Kourouma a conféré avec les hommes de médias ce lundi 13 janvier dans un réceptif hôtelier de la place. A l’image de ses homologues, le 25ème ministre à se prêter à ce jeu,  a abordé notamment, l’historique, les acquis de son Département et autres perspectives.

A l’entame de son discours, le ministre Ibrahima Kourouma a rappelé l’état des lieux du secteur de 1958 à 2010 ; ensuite, les  réformes et actions engagées par  le Gouvernement de 2011 à 2019.

« Après l’accession de la Guinée à la souveraineté nationale, le secteur de l’urbanisme et de l’habitat, a été caractérisé  durant des décennies, par un manque de vision qui n’a pas permis d’avoir des villes véritablement urbanisées et la capitale Conakry qui était reconnue durant la période coloniale comme perle de l’Afrique de l’ouest, s’est caractérisée par des occupations anarchiques, créant ainsi des quartiers spontanés où existe la promiscuité », a-t-il fait savoir en substance.

Parlant des conséquences de cet état de fait, le ministre Kourouma a indiqué  que cet état de fait  a conduit à Conakry et dans les grandes villes  à l’étalement urbain ; la pression foncière ; la détérioration de l’environnement et de l’écosystème ; la formation de quartiers insalubres ; la réduction de la mobilité urbaine ; l’insécurité urbaine ; l’enclavement des quartiers ; l’insuffisance des services essentiels de base.

Ainsi, pour corriger cette situation, Ibrahima Kourouma s’est attelé sur (4) axes stratégiques qui sont : La planification de l’espace urbain et la sécurisation du  foncier ; la promotion de l’habitat neuf et son financement ; la lutte contre l’habitat précaire et le financement de sa résorption ; la bonne gouvernance du secteur.

« Ces actions nous ont permis de réaliser le plan de développement du grand Conakry vision 2040 ; le Plan de Réaménagement de Kaloum et des iles de Loos ; les Schémas Directeurs d’Urbanisme ; Le projet SANITA Villes Durables.  En ce qui concerne les schémas directeurs d’Urbanisme de certaines villes minières notamment Forécariah (Commune urbaine, Maferinya et Benty) ; Boffa (Commune urbaine, Doupourou, Tougnifili, Tamita), et Siguiri (Commune urbaine, Doko, et Kintinya) sont en cours d’élaboration sur financement BND pour un montant de 5 423 000 000 GNF. Et, un autre Schéma Directeur de Boké (Commune urbaine, Sangarédi, Kamsar, Kolaboui) financé par la Banque Mondiale dans le projet PACRISEM (Projet d’Appui à la Consolidation des Réformes et à l’Intégration du Secteur Minier à l’Économie Nationale) avec un montant de 600 000 USD ».

Des perspectives, le ministre de la ville et son équipe envisagent procéder au cours de cette année 2020 à l’organisation des Etats Généraux du foncier pour disent-ils,  assurer la mise en application des nouvelles orientations en matière d’occupation du sol et du droit de propriété y afférent ; la révision du Schéma National d’Aménagement du Territoire réalisé en 1991 ; opérations de recensement et d’immatriculation des réserves foncières de l’Etat.

« Dans le domaine de l’Habitat, le programme d’amélioration des conditions et du cadre de vie des populations connaitra : La mise en œuvre d’un programme de logements, en commençant par la construction de 5 000 logements sociaux en 2020 en faveur des travailleurs de l’administration publique en l’occurrence le service de la santé et de l’éducation ; Une campagne de pré souscription des postulants, sera bientôt lancée par le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire en rapport avec l’AGUIFIL ; le désenclavement des quartiers défavorisés dans les Communes de Matoto et Ratoma  et la réhabilitation de la station d’épuration des eaux usées de Cameroun», a promis Ibrahima Kourouma.

 

Auteur : Sana Djikiné

Leave a Response