Covid-19 en Guinée: les médecins des cliniques privées sollicitent un apport matériel pour lutter contre la maladie.

Les membres de la Fédération des Associations des Cliniques, ONG Cliniques et Para – Cliniques  de  Guinée (F.ACPG) ont animé une conférence de presse ce jeudi 30 avril à Conakry. Il était question de renforcer des capacités des cliniques privées pour la lutte contre toutes les épidémies y compris la pandémie actuelle du COVID-19.

A en croire aux déclarations de Dr. Golé Béavogui, président de la FACPG,  la pandémie de coronavirus prend de l’ampleur en Guinée. Depuis le 12 mars 2020, on enregistre aujourd’hui plus de 1351 cas, plus de 313 guéris et 7 décès et  999 hospitalisés dans les centres de traitement.

Parlant des mesures entreprises dans le cadre de la lutte contre le virus, notre intervenant précise, « plusieurs dispositions sont en train d’être développées pour endiguer la pandémie après la fermeture des frontières, des écoles, en République de Guinée, des couvre-feux nocturnes ont été récemment instaurés, le port obligatoire des masques et la prise en charge des cas confirmés et des cas compliqués restent un défi important à relever. A ce jour, les unités de soins intensifs pour la prise en charge des cas compliqués dans tout le pays sont en baisses et sous équipées », indique-t-il.

Cependant, renchérit-il, le personnel de santé reste le plus exposé à cette maladie à cause du contact direct qu’il entretient  avec les malades. Donc compte tenu de l’évolution inquiétante de la pandémie en Guinée, le collectif a envisagé de sonner l’alarme pour rendre efficace le renforcement des capacités de l’ensemble des cliniques privées et lance un appel à toutes les forces médicales publiques et privées.   Aussi,  au  président Alpha Condé qu’il (collectif) salue d’ailleurs son initiative en termes de collaboration des acteurs pour lutter contre la pandémie.

Selon le conférencier, depuis le début de cette maladie, la fédération a donné des instructions fermes en cette période spéciale aux cliniques privées de renforcer les formations issues en PCI au temps Ebola, de sensibiliser tout patient suspect d’aller se faire dépister aux centres de prise en charge, « car il ne peut y avoir une bonne prise en charge lorsque la maladie est découverte tôt », a insisté Dr Béavogui.

Parlant des volets de plaidoyer et de formation Dr. Béavogui indique : « pour mieux gérer et limiter la propagation de la pandémie dans notre pays, les cliniques privées de la F.ACPG lancent un appel auprès des autorités sanitaires pour nous aider à avoir les matériels et équipements de protection individuelle, bavettes, masques chirurgicaux, lunettes, bonnets, sur chaussures jetables, blouses , écran facial, les gants d’accouchement, les thermo flash, les gels hydro alcooliques, chlore, des ambulances et renforcer la formation du personnel soignant en PCI », a sollicité le conférencier.

Auteur: Sana Djikiné.

Leave a Response