Guinée : l’A.A.F.A.G interpelle les acteurs politiques au discernement pour le renforcement de l’unité nationale.

Soucieuse   de la situation sociopolitique qui prévaut en Guinée,  l’Association des Anciens Fonctionnaires et Amis de Gueckedou (AAFAG) a  animé ce mardi, 22 octobre à Conakry, une conférence de presse pour parler de la nécessité du maintien de la paix, de la consolidation de l’unité nationale à travers une déclaration.

Pour la petite histoire, « en décembre 1989, la rébellion s’invitait dans le conflit libérien né de la mésentente entre les acteurs politiques et qui a fait des milliers de morts, des impotents pour la vie, des déplacés et d’important dégâts matériels. Quelques années plus tard, le même phénomène dû aux mêmes causes entraînait les mêmes conséquences en Sierra-Leone. Dix année plus tard, en décembre 1999, la ville de Gueckedou était la cible des attaques rebelles à travers ses frontières », explique M. Kamano Émile  Faya.

«  Et comme conséquences un déplacement massif des populations vers d’autres zones, plusieurs morts et des dégâts matériels très importants. L’AAFAG témoin privilégiée de ces tragédies qui meublent l’histoire de cette préfecture d’accueil, ne saurait se confiner dans un silence coupable, au regard de la dégradation subite de notre climat socio politique actuel avec son corolaire de morts, de nombreux blessés, des dégâts matériels et d’impacts négatifs sur l’économie et le  tissu social. La Guinée et les Guinéens ne méritent pas un tel traitement surtout en tant que locomotive des indépendances dans la sous-région avec soixante un an de souveraineté et de pleine responsabilité », a déploré M. Kamano.

Pour finir, ils  interpellent ‘’les acteurs sociopolitiques et l’ensemble des citoyens épris de paix au sens de la responsabilité, d’esprit patriotique et de discernement pour le renforcement de l’unité nationale, le maintien de la paix et de la cohésion sociale, gage d’un développement sociopolitique et économique pour un pays comme le nôtre qui a tout  pour s’épanouir’’, ont conclu les membres de ladite association.

 

Sana Djikiné

 

Leave a Response