Guinée: violences à Kankan, la Coordination Foulbhés et Haali-Poular, se prononce. (Communiqué)

Nous nous indignons face aux violences encore perpétrées le 6 Janvier 2020 à Kankan contre les paisibles ressortissants de notre communauté. Une enquête sérieuse doit être menée pour dépister les coupables et les punir à la hauteur de leur forfaiture. Ils ont détruit, pillé et incendié des boutiques, magasins et domiciles privés sous l’œil indifférent, pour ne pas dire complice, des services de l’administration locale, des forces de défense et de sécurité et de la protection civile.

 Les auteurs de ces agissements sont à la solde de qui ? L’injustice, l’arbitraire, la ségrégation et l’exclusion ont atteint un niveau intolérable qui ne trouve aucune justification admissible. Que veut-on pour notre communauté ? Ces victimes n’ont commis ni crime, ni délit. La CNFHPG n’a cessé de déployer inlassablement de gros efforts auprès du Gouvernement, des Coordinations régionales, de la Communauté internationale et en particulier auprès de l’Union Européenne pour expliquer et implorer l’arrêt des exactions contre notre communauté. Hélas ! Rien n’en a suivi.

 A l’instar des autres communautés, nous ne souhaitons pas que notre pays sombre dans l’anarchie, le chaos et le désastre. Cependant, nous sommes constamment les cibles de tous les maux, injures, excès et tyrannies du régime en place et nous sommes constamment assaillis, pillés ou tués sans raison. Les constats sont édifiants et amères mais sachez qu’un peuple même résigné et pacifique ne cédera pas éternellement à la provocation.

 La Coordination dénonce et condamne, avec la dernière énergie les violences et abus commis récemment contre les Peulhs et leurs biens à Kankan sans omettre ceux dont elle est victime depuis 2010. Nous rendons le régime en place responsable de toutes ces cruautés. C’est l’impunité dont les auteurs bénéficient qui les incitent à commettre, récidiver et revendiquer à visage découvert leur forfaiture depuis 2010.

Dans une mauvaise gouvernance, le régime a franchi le cap de la tolérance en s’attaquant injustement aux activités des Peulhs et en les plaçant injustement dans un inadmissible cantonnement spécifique dans l’opposition. Nous soulignons que les peulhs et les Haali-Poular militent dans tous les partis politiques du pays comme toutes les autres ethnies même dans le parti au pouvoir où ils occupent des positions remarquables.

Pourquoi Monsieur Alpha Condé s’évertue-t-il à s’en prendre à la communauté Peulh à l’occasion de chaque consultation populaire ? Nous avons en mémoire tous les qualificatifs qu’il nous a attribués depuis qu’il est au pouvoir. Le bilan de l’attaque du Lundi 06 Janvier 2020 à Kankan s’ajoute à une longue liste de tristesses. Ce dernier acte annonce certainement l’intention de répéter les artifices, mensonges et calomnies éhontées déjà expérimentées lors des élections de 2010. La fameuse histoire de l’eau empoisonnée pour opposer tout simplement les citoyens en est une parfaite illustration.

Pourquoi cet acte et ses conséquences déjà vaillamment dénoncés restent-ils toujours impunis ? C’est le lieu et le moment de réaffirmer solennellement qu’aucune provocation ne nous opposera aux autres guinéens et qu’aucun stratagème n’opposera les guinéens pour le plaisir personnel de quiconque.

 La Coordination Nationale des Foulbhés et Haali Poular de Guinée (CNFHPG) saisit aussi cette occasion pour dénoncer, les tracasseries et harcèlements que subissent les transporteurs routiers et autres usagers de la route dans toutes les régions, particulièrement celle du Fouta. L’interdiction d’exporter des fruits sauvages vers les pays voisins qui disposent, eux, d’industries appropriées de transformation alors que la Guinée n’en possède pas, est simplement une violation des conventions de la CEDEAO.

 En prenant à témoin la communauté nationale et internationale sur le danger qui plane sur les Peulhs et les Haali-Poular et de facto toute la Guinée, nous invitons, une fois encore, toutes les Coordinations régionales à s’impliquer davantage afin d’éviter à notre pays le désastre souhaité et entretenu pour assouvir des actes personnels, démesurés, irréfléchis et en violation des Droits de l’Homme.

 

Conakry, le 08 Janvier 2020

Le Président El Hadj Ousmane Fatako Baldé.

 

Leave a Response