La pique de Djènè Condé contre le FNDC: « la marche de ce lundi 13janvier a été un échec total »

Le Front national pour la défense de la Constitution  (FNDC) qui s’oppose au projet de la nouvelle constitution en Guinée est entré dans une phase de  résistance active à travers des manifestations,  protestations permanentes dans le pays à partir du lundi  13 janvier à une désobéissance civile  sur toute l’étendue  du territoire  national.

De l’avis de Mme Camara Djènè Condé,   3ème vice maire de Matam et présidente de la commission socio-culturelle, cette décision  du Front est insensée.  C’est pourquoi, poursuit-elle, ‘’ l’initiative n’a  pas porté fruit’’.

« C’est une convention du protocole d’accord signé à  Ouaga entre Cellou, Sidya, Kouyaté etc… qui ont décidé que celui qui sera président va changer la constitution, et si le président veut le faire, je ne sais pas où le bât blesse.  Parce que c’est une convention », indique-t-elle.

Concernant les marches du FNDC,  Mme Camara dira que c’est leur droit de manifester et ça n’engage qu’eux : «  Ils ne marchent pas pour la population mais pour eux. Parce qu’on ne peut pas comprendre qu’un mouvement de la société civile peut se convertir à un opposant. Si on entend  parler de la société civile,  c’est l’apaisement  mais  pas la guerre. Mais cette structure fait le contraire et ils sont tout sauf une société civile  car ils sont là pour défendre leur intérêt pas la population. Sinon, c’est très simple, il y a un camp qui dit oui et  un autre qui fuit. Il y a un moyen de recours pour les départager les deux », fait-elle remarquer.

« Mais le camp (FNDC) veut seulement que le camp qui a dit non soit accepté de façon unilatérale sans la prononciation de la population en majorité en passant par la voix référendaire, le vote. Mais il y a parmi eux qui sont frustrés,  quand tu prends certains membres, mais ils étaient tous du parti RPG et s’ils n’ont pas pu défendre leurs intérêts’,  ça ne veut pas dire qu’ils sont un ennemi juré. Il  peut partir. Les membres du FNDC sont aussi guinéens comme nous. Chacun de nous a une appartenance politique et libre de dire ce qu’il y a à dire », déclare-t-elle.

Abordant la situation de ce lundi 13 janvier 2020, Mme Camara Djènè Condé affirme que ça été un échec total de la part des membres du Front. « C’est un échec total car il y a eu du travail aujourd’hui.  Les gens sont sortis pour vaguer à leurs affaires donc la population est fatiguée de ce qui sont en train de les perturber », dénonce Mme Camara.

Parlant de la sortie de son collègue conseillé Ismeil Condé 1er vice maire de la commune de Matam, sur la guerre pour la succession du président  Alpha Condé,  Mme Camara Djènè Condé  dit de ne partager  cet avis de son collègue du même bord politique.

« Cette situation du 1er vice maire ne concerne que lui, c’est son point de vue. Ce n’est pas l’avis de tous les conseillers. Nous allons lui demander sur quelle base  il se fond pour parler aussi. Je ne comprends pas, parce qu’on n’a pas échangé sur le sujet et si le RPG est prêt pour présenter un candidat,  c’est à nous de présenter celui que nous voulons. Donc s’il veut aller ailleurs,  la porte est ouverte mais il ne faut pas qu’ils nous salissent. Pourquoi,  il ne va pas voir le président ou bien les membres du bureau politique national du parti (BPN) », confie telle.

Pour finir dame Djènè Condé, à son  nom et au nom de la formation politique du RPG,  décline que la déclaration d’Ismeil Condé ne  les engage point, d’aller demander la personne indiquée pour plus d’informations au sujet de ce  qu’il l’a dit.

Auteur : Sana Djikiné

 

Leave a Response