Santé: « les cliniques privées couvrent environ 75% des consultations des communautés à la base », Dixit Golé Béavogui

Les membres de l’Ordre National de la Médecine Libérale (ONAMEL) et la Fédération des Associations des Cliniques, ONG Cliniques et Para Cliniques  de  Guinée (F.ACPG) ont animé une conférence de presse ce mercredi 01 août à Conakry. Il était question pour les responsables de ces deux structures sanitaires de parler de la contribution des organisations des cliniques privées aux réformes du système de santé.

Selon Golé Béavogui, président de la FACPG,  ces deux structures accompagnent le gouvernement Guinéen dans la politique de réforme du système de santé globale.

« De nos jours, les cliniques privées couvrent environ 75% des consultations des communautés à la base rien que dans la capitale Conakry. C’est la médecine de proximité, d’accès facile. Force est de reconnaître que les cliniques privées recensées par les deux organisations offrent des services hautement humanitaires malgré qu’ils ne sont pas subventionnées par l’Etat ni par les institutions internationales », indique –t-il.

Cependant, renchérit-il, ces cliniques privées participent au développement du pays à travers l’emploi d’un nombre important de professionnels de la santé et l’amélioration  de la santé de la population.

Parlant des difficultés, l’intervenant indique: « les structures sanitaires privées sont souvent confrontées aux difficultés entres autres  le sous-équipement à l’exception de quelques-unes, l’exclusion des cliniques privées aux différentes activités subventionnées, le manque de formation continue des agents de santé du secteur privé ».

A en croire aux déclarations du conférencier, la  plupart des étrangers  se réclamant chinois et coréens se font passer pour des radiothérapeutes, ATS ou infirmiers, des médecins  chez eux avec des documentations écrites en chinois. Aussi, ajoute-t-il, avec ces faux titres, ils disent qu’ils ont la capacité de traiter les fibromes, des hernies et tout genre de maladies.

« Ils disent qu’ils sont vibrateurs qualifiés ayant un  scanner qui détecte toutes les maladies dans le corps de leur patient, chose non justifiée. Ces étrangers possédant par fois des cartes de l’Ordre National des Médecins de Guinée, une structure propre au pays, » a-t-il expliqué.

Sana Djikiné collaborateur de www.cieldeguinee.net

 

 

Leave a Response