TPI de Dinguiraye: un homme condamné à un an d’emprisonnement ferme pour trafic de peau de panthère.

Le 04 février 2020, le tribunal de première instance(TPI) de Dinguiraye, statuant publiquement et contradictoirement en premier ressort, a reconnu coupable M. Boubacar Bah des délits de détention illégale, circulation et commercialisation d’un trophée d’animal sauvage protégé. Pour la répression, il écope d’une condamnation d’un an d’emprisonnement ferme.

Selon nos informations, la panthère est placée en annexe I de la CITES et est protégée par les législations nationales de la quasi-totalité des pays où elle vit. Toutefois, la déforestation et le braconnage sont des menaces sérieuses pour l’avenir de l’espèce.

En Guinée par exemple, le braconnage qui alimente  le trafic de la faune est à la base du déclin des panthères, bien que ce trafic soit de nature transnationale. Ainsi, pour lutter contre ce crime de faune, le projet GALF (Guinée Application de la Loi Faunique) en étroite collaboration avec l’Etat, renforce les activités en termes de la lutte contre la criminalité faunique d’une part et de l’autre toute la corruption qui s’y affère.

Ainsi, le 27 janvier  2020, une opération d’arrestation d’un trafiquant a eu lieu dans le centre-ville de la préfecture de Dinguiraye. L’opération a été conduite par les agents de la gendarmerie territoriale, ceux du corps des conservateurs mais aussi quelques activistes du projet GALF. M Boubacar BAH a été pris en flagrant délit de détention illégale, circulation et commercialisation d’une peau entière de panthère. Celle-ci, à en croire nos sources d’information, serait destinée à être commercialisé au prix de 17 millions GNF.

Après son arrestation, il fut conduit dans les locaux de la Section des Eaux et Forêts de Dinguiraye pour être entendu et conformément à la procédure, il a été déféré devant le parquet du TPI de la ville sainte.

Ainsi, dans son délibéré du 4 février 2020, le tribunal statuant publiquement et contradictoirement en premier ressort, condamne le nommé Boubacar Bah à 12 mois de prison ferme et 1 million d’amende. Sur l’action civile, il a été sommé de payer un montant de 12 millions au titre des dommages et intérêts à l’Etat Guinéen.

Il faut rappeler que le trafic d’espèces est un crime organisé transnational. Il représente le 5ème commerce illégal le plus important au monde amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.

Fatou Kourouma

Leave a Response