Affaire domaniale à Lanbangni : 15 jeunes volontaires emprisonnés à la maison centrale de Conakry

Affaire domaniale à Lanbangni : 15 jeunes volontaires emprisonnés à la maison centrale de Conakry

Le procès  dans une affaire domaniale, opposant Kerfala personne Camara (KPC) et les 15 jeunes  volontaires de feu Général Lansana Conté actuellement  emprisonnés à la maison centrale  de Conakry, s’est ouvert ce mardi 7 octobre 2020, au Tribunal de Première Instance de Dixinn. Une plainte déposée par Mouloukou Souleymane contre ces jeunes pour injures, violences  et menace.

À la sortie de la salle du tribunal de Dixinn, l’avocat des jeunes volontaires,  Mourana Soumah nous explique les grandes lignes de cette affaire.

<< Tout a débuté en la date du 26 septembre 2020, lorsque les jeunes étaient en train de reconstruire sur leur domaine des barraques détruites par les machines de Monsieur Kerfala CAMARA, KPC, Président Directeur Général du Groupe GUCOPRES en date du 06 aout 2020 qui réclame lui aussi la propriété du domaine. Les bodyguards de KPC sont venus dans un premier temps pour empêcher les jeunes de reconstruire leurs baraques. Mais après les échanges entre eux. ils se sont compris et ils ont entendu l’arrivée du Commandant se faisant appeler Colo, l’un des gardes de Monsieur KPC. A l’arrivée de ce dernier sur le terrain il a automatiquement instruit aux bodyguards de tout détruire et violenter les jeunes volontaires sur leur propre domaine. Parmi les jeunes volontaires, il ya eu deux personnes gravement blessées et qui sont à présent admis pour des soins dans l’un des hôpitaux de la place >>, déclare t-il maître Mourana.

De poursuivre, il affirme qu’après les violences administrées par les bodyguards de KPC.

<< Le Commandant Colo a fait appel à l’escadron N°15 de Kobayah qui est venue s’entretenir paisiblement avec les jeunes et leur a demandé de venir avec eux pour des vérifications. Arrivés à l’Eco 15, les jeunes ont été détenus pendant des jours et déterrés par devant le parquet de Dixinn. Au parquet, auprès leur audition les jeunes ont été placés sous mandat de dépôt à la maison centrale. Le dossier ayant été évoqué aujourd’hui. 11 personnes ont été extraites et deux (02) ne l’ont pas été parce qu’elles ont contracté le COVID 19 en prison >>.

<< A l’audience, la partie civile a brillé par son absence, chose qui constitue une prévue éloquente du manque de considération et de respect qu’elle a non seulement pour la procédure qu’elle a initiée elle même mais aussi et surtout pour le tribunal. Après les débats. le Ministère public était fin prêt pour ses réquisitions et la défense pour ses plaidoiries mais contre toute attente le tribunal a décidé de renvoyer le dossier à une semaine pour la comparution de la partie civile malgré que la défense a rappelé à madame la Présidente les dispositions de l’article 494 du Code de Procédure pénale qui dispose que: « La partie civile régulièrement citée qui ne comparait pas ou qui n’est pas représentée à l’audience est considérée comme se désistant de sa constitution de partie civile. Conformément aux dispositions des articles 656 dit que ce jugement est assimilé à un jugement par défaut, et l’opposition est soumise aux dispositions des articles 564 à 574 >>.

Pour finir, il dira que cette decision du tribunal constitue une violation flagrante des dispositions de cet article cite ci dessus. << Elle viole également le principe du droit à la liberté car dans une procedure correctionnelle la liberté est la règle et la detention est l’exception >>, conclu Mr Mourana avocat des jeunes.

Auteur : Sana Sylla

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 − 1 =