Culture:L’écrivain d’expression N’ko Amadou Karadou Camara a tiré sa révérence:

Culture:L’écrivain d’expression N’ko Amadou Karadou Camara a tiré sa révérence:

L’auteur et chercheur Amadou Karadou Camara, fonctionnaire à la direction nationale de la recherche scientifique et technique, membre chevronné de l’académie N’ko, écrivain et traducteur de textes scientifiques est décédé dimanche 27 juin 2021 à Conakry à l’ âge de 70 ans. Il avait proposé sans succès en 2011 au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique un projet de création d’un centre de recherche et de vulgarisation de l’alphabet N’ko.

Il est né en 1952 à Siguiri, Niagassola. Il fit ses études primaires et secondaires à Siguiri avant de bénéficier en 1976 d’une bourse de formation pour la Russie (ex URSS) où il sort avec un diplôme d’étude supérieure de machinisme agricole en 1980.
Revenu en Guinée la même année, il est engagé à la fonction publique en 1982 au Ministère des travaux publics. Il sera plus tard victime des conséquences néfastes de la politique d’ajustement structurel du FMI appliquée par le CMRN, la junte au pouvoir, qui licencia de nombreux fonctionnaires Guinéens y compris Amadou Karadou Camara qui se retrouva au chômage et de surcroît “déflaté”. Il s’en est suivi une longue traversée du désert. Il fut même porte-parole du mouvement des fonctionnaires déflatés. Il s’alphabétisa en N’ko, mena beaucoup de recherches linguistiques et publia en 1999 “Sory ni Saran”, le tout premier roman photo en N’ko qui fit un immense succès.
Il réintégra la fonction publique en 2000.
Il intégra plus tard l’académie N’ko dont il s’occupe des corrections d’œuvres avant leurs publications.
Les œuvres de Karadou Camara :
1- Sory ni Saran, roman photo, 1999.
2-Le N’ko pour tous en 15 leçons, 2007.
3-la traduction en Nko du recueil de conte ” Leuk le lièvre” de Senghor et de Abdoulaye Saadji,”Ndɔsan ni kɔsuluku”
4-livre de science en N’ko, 2010.
5-les fonctions du pronom personnel “i” dans la grammaire mandingue.
6- le pléonasme dans la langue mandingue.
Il fit la correction de la traduction N’ko de certains textes juridiques Guinéens: la constitution de 2010, le code minier.
Le défunt laisse derrière lui, une veuve explorée, 7 enfants dont 3 filles. Il a été inhumé ce lundi 28 février 2021 au cimetière de Cameroun à Conakry.
Que l’âme de notre doyen Amadou Karadou Camara repose en paix.

Nafadji Sory Condé, membre de l’académie centrale N’ko et Directeur Programmes N’ko à l’université Kofi Annan de Guinée.

La Rédaction