9.1 C
New York
dimanche, mars 3, 2024

Buy now

- Advertisement -

Sommet Arabie saoudite-Afrique : nouvelle étape dans la multipolarisation du monde

Ce 10 novembre se tenait, à Riyad, le premier sommet Arabie saoudite-Afrique. Au menu (officiel) un thème économique, et, en filigrane, des sujets politiques.

Après les incontournables sommets France-Afrique devenus « Afrique-France », qui rythmaient la vie diplomatique des pays francophones, d’autres puissances planétaires ont voulu s’offrir leur face-à-face avec l’entièreté d’un continent de plus en plus courtisé. Ainsi sont nés le sommet Russie-Afrique et son forum économique et humanitaire, le sommet Turquie-Afriquele sommet Chine-Afrique et, petit-dernier de cette rimbabelle, le sommet Arabie saoudite-Afrique.

Soft power mâtiné de religion

Ce 10 novembre, Riyad a réuni, au Centre international de conférences Roi-Abdelaziz – et pour la première fois – des chefs d’État africains autour d’un thème un peu fourre-tout : « Développement et prospérité : agriculture, éducation, santé et aide humanitaire ».

Pour l’heure, sur le continent africain, la puissance wahhabite distille principalement un soft power mâtiné de diplomatie religieuse. Une influence organisée autour de constructions de mosquées, de formations d’imams et de délivrance de visas pour le pèlerinage de La Mecque. En de plus rares occasions, le royaume saoudien mène des médiations – du conflit Éthiopie-Érythrée à la crise soudanaise – par le biais de son secrétariat d’État aux Affaires africaines.

Parfois mise à l’index lorsqu’est évoquée la genèse du jihad planétaire, l’Arabie saoudite se refait une virginité en intervenant, par exemple, comme contributeur financier d’un G5 Sahel aujourd’hui comateux. Surpris par l’attaque du Hamas en Israël, le royaume, engagé dans un processus de « normalisation globale » au Moyen-Orient, est contraint de temporiser. Le roi, Salmane Ben Abdelaziz al-Saoud, et le prince héritier, Mohammed Ben Salmane (MBS), ne doivent pas être fâchés de détourner le regard de cette région tourmentée et de lorgner le continent africain…

Le premier déplacement d’Oligui Nguema

Chacun avec son propre agenda, les chefs d’État invités ne boudent pas non plus leur plaisir, certains anti-impérialistes trop heureux de constater que les relations internationales s’orientent vers une multipolarité inédite. Des présidents bien installés, comme l’Ivoirien Alassane Ouattara, voyagent pour démontrer leur vigueur politique intacte, tandis que de nouveaux venus étrennent leur costume. C’est ainsi que Riyad constitue le tout premier déplacement de Brice Clotaire Oligui Nguema hors du continent depuis son putsch au Gabon.

Si le thème d’un sommet n’est souvent que survolé, ce type de grand-messe est l’occasion de faire quelques rencontres bilatérales et de mener diverses opérations de lobbying. Sur le plan économique, douze pays africains (Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cap-Vert, Guinée, Malawi, Mozambique, Niger, Sierra Leone, Rwanda et Tanzanie) ont signé, la veille de l’ouverture du sommet, quatorze accords de prêt avec le Fonds saoudien pour le développement.

Source: Jeune Afrique

Related Articles

Rester connecté

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -

A LA UNE