9.1 C
New York
dimanche, mars 3, 2024

Buy now

- Advertisement -

Investir dans le capital humain pour booster l’emploi

Les pays en développement concentrent 84 % de la main-d’œuvre mondiale, et ce chiffre ne cesse de croître . D’ici à 2040, l’Afrique devra générer 2 millions d’emplois chaque mois pour absorber la croissance démographique. Et en Asie du Sud, plus d’un million de jeunes viennent grossir chaque mois les rangs de la population en âge de travailler.

L’enjeu est de développer non seulement la quantité, mais aussi la qualité des emplois : dans les pays en développement, sept personnes sur dix occupent des emplois précaires et peu rémunérateurs.

Investir dans le capital humain, c’est permettre aux individus d’être en bonne santé et d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour occuper les emplois d’aujourd’hui et préparer ceux de demain. C’est se doter d’une main-d’œuvre solide, capable d’évoluer et de s’adapter aux mutations mondiales, et notamment à la transformation technologique et au changement climatique.

Quelles solutions pour booster la création d’emplois et l’entrepreneuriat ? De l’avis de tous les participants à la table ronde, il est avant tout essentiel de former les gens et d’éliminer les obstacles qui entravent l’accès des femmes et des jeunes au marché du travail. Mamta Murthi, vice-présidente de la Banque mondiale pour le développement humain, a insisté sur l’intérêt pour les gouvernements d’investir dans la population et le capital humain, car c’est un investissement parmi les plus rentables qui soient. Autre levier d’action : faciliter la mobilité internationale de la main-d’œuvre, et mettre à contribution le secteur privé en nouant davantage de partenariats axés sur les compétences.

Amal Hassan, fondatrice et PDG d’Outsource Global (Nigéria), a expliqué comment son entreprise s’engage avec volontarisme à accompagner le perfectionnement professionnel et la réussite de ses employés. Une priorité que partage Basima Abdulrahman, fondatrice et PDG de KESK, une entreprise d’énergie solaire implantée en Iraq. L’entrepreneuse a ainsi mis l’accent sur l’importance de former et encourager le personnel, et évoqué comment elle avait elle-même forgé son expérience sur le tas et bravé les préjugés dans un secteur de la tech où les femmes sont rares.

Axel van Trotsenburg, directeur général senior de la Banque mondiale pour les politiques de développement et les partenariats, a dit combien il est important, pour relever le défi de l’emploi, d’investir dans l’éducation tout au long de la vie, mais aussi d’assurer l’accès au crédit, au numérique et à des infrastructures fiables. Les pays, a-t-il souligné, doivent créer les conditions qui permettront aux entrepreneurs, et en particulier aux femmes et aux jeunes, de réussir.

Banque Mondiale

Related Articles

Rester connecté

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -

A LA UNE